Juliette et Roméo

Mois de novembre
Juliette Roméo
Moi avec moi Moi avec toi Moi avec toi Moi avec moi
vertJe me suis fait plaisir : marche nordique sur la voie verte vertTu m’as rejointe sur la voie verte vertJ’aime marcher avec toi vert rougeContrôle fiscal demain

Premier jour du baromètre : Juliette peut lire que Roméo se sent bien avec elle lorsqu’ils vont marcher sur la voie verte. Elle peut également lire que Roméo a un contrôle fiscal le lendemain et que cela l’angoisse. Elle sait que Roméo n’est pas fâché sur elle, mais stressé par quelque chose qui se passe au bureau.

Juliette Roméo
Moi avec moi Moi avec toi Moi avec toi Moi avec moi
vertBelle journée au travail vertJe comprends ton angoisse vert rougeAngoisse au boulot. Merci pour ta patience. rougePas bien passé avec le contrôle

Deuxième jour : Pour Juliette pas de souci au boulot, elle reste calme à la maison.  Elle peut lire que Roméo reste angoissé par le contrôle fiscale.  Roméo est angoissé, mais se sent soutenu par Juliette qui reste calme.

Juliette Roméo
Moi avec moi Moi avec toi Moi avec toi Moi avec moi
vert rougeUne collègue gravement malade vert rougeMes problèmes pro me suivent au privé rougeSi toi aussi tu angoisses, je ne sais pas gérer rougeProblèmes comptables

Troisième jour : Pour Juliette sa collègue et amie est gravement malade et sera absente pour deux semaines au bureau.  Cela la stresse jusqu’à la maison.  Roméo peut voir que Juliette a des problèmes au bureau, mais exprime ses peurs et ses problèmes avec la comptabilité.

Juliette Roméo
Moi avec moi Moi avec toi Moi avec toi Moi avec moi
vert rougeSurcroît de travail. Ai marché. Une pause avant de rentrer vert rougeJ’aimerais être comprise rougeSuis allé faire un squash avec René vert rougeDiscussion positive avec la comptable. Il y a un redressement fiscal

Quatrième jour : Pour Juliette le travail est en surcharge.  Elle décide d’aller évacuer cette tension et va marcher une heure avant de rentrer à la maison.  Elle aimerait que Roméo soit compréhensif.  Roméo a une discussion constructive avec sa comptable, mais il va y avoir un redressement fiscal.  Il décide de se débarrasser de la tension des derniers jours avant de rentrer parce qu’il a vu que Juliette vit, elle aussi un moment difficile, il va faire un squash avec son copain René.

Juliette Roméo
Moi avec moi Moi avec toi Moi avec toi Moi avec moi
vert rougeStress au boulot. Mais tu m’as appelée pour un resto vertMerci de m’avoir emmenée au resto ce soir vertC’est bête de se fâcher à cause du boulot vert rougeBoulot stressant. Mais retour de la douceur at home 🙂

Cinquième jour : Il y a toujours une surcharge de travail au boulot pour Juliette mais Roméo est rentré plus calme après un squash et Juliette plus calme d’avoir été marcher avant de rentrer.  Roméo l’appelle pour lui proposer une soirée sympa dans leur resto préféré. Juliette remercie Roméo pour l’initiative et Roméo exprime le fait qu’il n’aime pas que leur travail les séparent.

Le baromètre va permettre à Juliette et à Roméo de suivre l’autre dans ses joies et difficultés, ce qui va leur permettre à tous les deux d’agir en conséquence puisqu’ils veulent tous les deux garder une ambiance chaleureuse dans leur couple.

Si Juliette ne voit pas l’écrit sur le baromètre, elle peut dire des paroles malheureuses et Roméo est dans la même situation.  Il n’est pas toujours facile de parler quand rien ne va plus dans notre journée, mais tout à fait faisable d’écrire sous forme de jeu, donc de façon informelle ce que nous vivons.

La semaine prochaine, je vous dirai comment dire les choses après avoir commencé par les écrire. Superbe semaine à vous dans le Jeu de la Vie 🙂

Vous pouvez télécharger un feuillet du baromètre en cliquant ici.

Le couple

Le couple susceptibles de nous faire traverser des expériences et nous permettent de grandir, de mûrir, d’accroître notre conscience ?
 
Nous choisissons un père et une mère, et pendant les premières années, j’oserais dire pendant les quarante premières années de notre vie, nous allons essayer de guérir les enregistrements de départ que nous avons avec cette mère, que nous avons avec ce père. 
 
Nos amours vont nous aider à traverser ou à éviter ces blessures de départ.
De manière consciente ou non, nous choisissons un homme, une femme, afin de traverser les mêmes blessures, bien que nous soyons souvent tentés de les éviter dans un premier temps. 

Les âmes « kamikaze » n’hésiteront pas à se confronter de suite à ce qui a été le plus douloureux pour elles, qu’il s’agisse d’expériences liées au père ou à la mère. 

D’autres, tenterons plutôt de les éviter, de les nier.

Pour la majorité d’entre nous, nous allons vivre avec un homme et traverser toute la douleur ou le bonheur que nous avons vécu avec le père. Vivre avec une femme et traverser toute la douleur ou le bonheur que nous avons vécu avec la mère.
 
Une fois ces blessures traversées et cicatrisées, il nous est alors possible de naître à nouveau, en intégrant nos dimensions masculine et féminine personnelles et non plus celles venues d’un enregistrement d’avec maman et d’avec papa.

Notre anima et notre animus réunis, nous pouvons alors entrer en relation avec l’autre, indépendamment de son sexe. La rencontre peut dépasser et se libérer des notions de genre. 

En définitive, la première partie de notre vie est destinée à nous guérir et inscrire, incarner notre nature profonde dans la matière. 

Il me semble bien que le couple est l’endroit tout indiqué pour nous libérer de nos « enregistrements anciens », si nous parvenons à conscientiser les rôles que nous donnons à notre partenaire.

Article de Carine Anselme dans Bio-Info de juin

Lac de Mondély
Un Phare dans la nuit, un havre dans la Vie.

Souffler, couper avec le quotidien, méditer, renouer avec la nature, goûter à la marche nordique, remonter la pente, trouver le sens quand la « mal-à-dit » Se ressourcer coeur, corps et esprit.

Envie de lire la suite ?

Téléchargez la page Bio Info

L’article est aussi repris dans la revue de presse.

Si l’article n’est pas tout à fait lisible, vous pouvez changer de navigateur (Firefox ou Chrome)

Et si nous étions des acteurs ?

Et si nous étions des acteurs qui auraient oubliés qui nous étions vraiment ?

Lors d’une séance thérapeutique, une jeune femme qui faisait une formation pour devenir actrice, me disait que ce que je lui demandais était tout à fait à l’opposé de ce que son professeur lui demandait, à savoir : je lui demandais de garder un oeil dedans et un oeil dehors et son professeur lui demandait d’être tout à fait dedans.

Les enregistrements de départ, qu’est ce que c’est ?

Lorsque nous venons au monde, dès le ventre de notre mère, nous prenons un « costume ». C’est ce que nous appelons la naissance et lorsque nous quittons ce « costume » c’est ce que nous appelons la mort.

Mais comme certains acteurs, nous nous identifions à notre costume.  Ce que j’appelle les enregistrements de départ, c’est ce costume. Je ne suis pas ce que mes parents voudraient que je sois ou que je ne sois pas. Je Suis celui qui Est disait Quelqu’un.

Pour ce faire, il est important que je garde un oeil dedans et un oeil dehors.  Un oeil dedans pour identifier mes enregistrements anciens et un oeil dehors pour me rendre compte que je ne suis pas ces enregistrements.  Tout comme l’acteur qui rentre en scène, il est important qu’il ne se perde pas dans le personnage qu’il joue. Pour nous aussi il est important que nous ne nous perdions pas dans ce qui n’est pas notre être profond et véritable.

Lorsque nous venons au monde notre mère a ses enregistrements, ses peurs, ses joies, ses vouloir que nous faisons nôtre. Pendant les 9 mois de grossesse dans le ventre de notre mère, nous avons enregistrés nos propres peurs, nos propres joies avec celles de notre mère.  Durant la naissance et les premières années de notre vie, nous continuons à enregistrer nos propres émotions et de faire ainsi notre propre programme.

Il est important d’identifier et de séparer les enregistrements venant du « costume » qui allaient avec cette naissance et qui j’étais avant cette « entrée en scène ».

Lors d’un travail de conscience nous apprenons à dissocier ce qui émane de l’enfant que nous étions et le rôle que nous continuons à jouer et pouvons ainsi vraiment Jouer notre Vie et ne plus nous confondre avec le scénario de l’enfant.

Pour en savoir plus sur la reprogrammation, n’hésitez pas à lire l’article qui traite de ce sujet :

Le principe de la reprogrammation


 

Le principe de la reprogrammation

Dans l’article La projection, un outil de la gestalt-thérapie, nous avions appris que nos projections se nourrissaient de notre passé, de notre vécu, de notre enfance, de nos enregistrements de départ.

Qu’est ce que l’enregistrement de départ ?

Dès le ventre de notre mère nous enregistrons ses émotions mêlées à nos propres sentiments. Notre inconscient va alors commencer à « encoder » ces perceptions. L’enregistrement se met en route. Ce que nous allons vivre jusqu’à l’âge de 7 ans va alors avoir toute son importance. Parce que, durant cette période, nous sommes totalement tributaires de l’adulte qui nous élève.

Toute notre vie, nous allons nous positionner en fonction de cet enregistrement de départ. Continuer la lecture

La projection, un outil de la gestalt thérapie

Connaissez-vous le test de Rorschach, test psychologique conçu à l’aide de taches d’encre : la feuille pliée et dépliée forme un « dessin » proposé à la libre interprétation de la personne où le sujet raconte ce qu’il voit sur cette feuille. C’est pour eux que L.K Franck, en 1939 a créé l’appellation de « tests projectifs« , terme qui a toujours été employé depuis lors. Etymologiquement le terme « pro-jeter » veut dire « jeter en avant », reporter à l’extérieur ce qui est à l’intérieur. Techniquement, la projection consiste à offrir un stimulus, une image visuelle par exemple, et inviter la personne qui veut entendre ce que lui dit son inconscient, et raconter tout ce qu’elle voit sur l’image, laisser venir les associations qui suivent spontanément. Continuer la lecture

Si vous avez joué avec nous …

Vous vous souvenez, je vous avais demandé de diviser votre page en deux colonnes ?

Sur la colonne de gauche en titre : je vois
Maintenant sur la colonne de droite vous écrivez en titre : je suis

En regard de la colonne où vous avec noté : je vois, remplacez et écrivez : je suis.

Cela vous apprend ou vous confirme ce que vous savez déjà de votre vie d’aujourd’hui.

Exemples

J’ai choisi deux personnes que l’on va nommer Sidonie et Sophie qui ont interprété toutes les deux la même image. Nous allons ensemble lire ce qu’elles ont vu sur l’image identique. Continuer la lecture