L’art de la méditation

S’asseoir sur un zafu dans l’immobile, dans le silence, c’est aussi faire face à notre moi intérieur, à tous ces souvenirs que l’on garde éloignés avec toutes nos activités. Nous courrons, nous nous agitons dans notre vie quotidienne mais lorsque nous méditons, lorsque nous sommes là à ne rien faire, dans l’immobile, nous ne pouvons plus ne pas entendre ces souvenirs que nous gardons bien enfermés.

C’est pour cela qu’a été développée la méditation d’Osho basée sur le son, le souffle et le mouvement.

Grâce à cette technique nous allons « secouer » et puis « mettre dehors », avant de nous asseoir dans l’immobile et le silence.

Le son, le souffle et le mouvement avant la méditation

Trouvez une musique qui vous donne vraiment envie de danser, bouger, chanter. Si vous êtes sportifs-sportives votre nage, votre course, votre marche sont aussi de bons moyens. L’important est de trouver votre moyen préféré pour aller dans le son, le souffle et le mouvement, le moyen qui va vraiment vous faire plaisir.

Un minimum de 45 minutes de son, souffle et mouvement sont nécessaires pour déclencher la catharsis.
Ensuite, couvrez vous pour ne pas vous refroidir. Allez vous asseoir, l’essentiel étant d’avoir la colonne vertébrale dans sa verticale.
Poussez le ciel avec votre tête et prenez racines sur votre fauteuil, chaise, coussin, zafu.
Commencez alors à observer l’air qui entre et qui sort, simplement observer ce mouvement, il n’y a rien à faire d’autre.
Votre respiration est plus rapide au début, respectez vous dans ce rythme là. Doucement, vous observerez que la respiration va se calmer. Elle va alors prendre doucement de l’ampleur et devenir plus profonde. Observez, il n’y a rien à faire, observez seulement ce qui se passe.

Les pensées dans la méditation

Lorsque des pensées arrivent, ne tentez pas de les retenir ou de faire barrage. Observez les tout simplement.
Faites comme si vous étiez sur le bord d’une rivière, regardez l’eau couler, regardez vos pensées. Lorsque vous vous rendez compte que vous êtes en train de vous arrêter sur une pensée, relâchez la dans la rivière et revenez à l’air qui entre et qui sort.

Se donner le temps de méditer

Méditer peut sembler fastidieux au début. Donnez vous cette priorité parmi vos occupations. Donnez vous 3 mois.  Choisissez votre rythme mais gardez le.
Souvenez vous lorsque vous avez appris à rouler sur votre première bicyclette, si la première fois où vous êtes tombé(e)s vous aviez arrêté, aujourd’hui vous ne rouleriez pas à vélo, et quelle joie de rouler à vélo ! L’enfant que vous étiez avait vraiment envie de savoir rouler à vélo. Trouvez cette envie là pour apprendre la méditation.
La clef est de trouver le moyen de le faire dans la joie, trouvez un moyen qui vous fasse vraiment plaisir dans le son, le souffle et le mouvement, puis allez goûter ce silence si différent. N’oubliez pas que dans ce qui va sortir lors de vos catharsis, il y a aussi toutes les raisons pour lesquelles vous ne vous donnez pas la permission d’aller dans la joie. Ce sont toutes ces raisons qui peu à peu vont s’en aller et qui vous permettront d’aller plus facilement dans « vous faire plaisir grâce au silence ».

2 réflexions sur « L’art de la méditation »

  1. Ping : Apprendre la marche nordique et la marche consciente en Ariège | Cap Méditation

  2. Ping : égalité des sexes, anima, animus | Cap Méditation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *