La projection, un outil de la gestalt thérapie

Connaissez-vous le test de Rorschach, test psychologique conçu à l’aide de taches d’encre : la feuille pliée et dépliée forme un « dessin » proposé à la libre interprétation de la personne où le sujet raconte ce qu’il voit sur cette feuille. C’est pour eux que L.K Franck, en 1939 a créé l’appellation de « tests projectifs« , terme qui a toujours été employé depuis lors. Etymologiquement le terme « pro-jeter » veut dire « jeter en avant », reporter à l’extérieur ce qui est à l’intérieur. Techniquement, la projection consiste à offrir un stimulus, une image visuelle par exemple, et inviter la personne qui veut entendre ce que lui dit son inconscient, et raconter tout ce qu’elle voit sur l’image, laisser venir les associations qui suivent spontanément.

Les images projectives sont plus élaborées que les taches d’encre. Elles proposent ce que Jung appelait les archétypes. Ce sont des images primordiales si ancrées dans le psychisme humain qu’on les retrouve dans toutes les cultures, les civilisations, les mythes, les contes, les rêves. Exemples : la mère, l’enfant, le héros, le sage, le traître, la divinité, etc … Nous avons tous une représentation particulière de ces images de base, nous allons tous y projeter nos propres expériences, notre propre vécu. En écoutant les récits suscités par les images, nous allons entendre ce que la personne n’a parfois pas conscience. Afin de vous démontrer le processus de la projection que j’emploie en séance de thérapie, j’ai proposé à deux personnes, Alice et Aléa de choisir une image parmi cinq images et de leur faire mon analyse. Je précise que dans un souci de confidentialité, les prénoms ont été changés et que seules les personnes m’ayant envoyées leur projection reconnaîtront leur récit.

Voici l’image choisie et le récit de ces deux personnes sur cette même image :

image projection gestalt Texte d’Alice :  » Je vois une femme sereine, d’une autre époque, les yeux fermés dans une allée bordée de plantes grimpantes et de fleurs. Elle tient des fleurs en main (même visuel dans ses mains, cheveux et au dessus). Elle me parait avancer vers quelque chose…elle a appris quelque chose de réconfortant et/ou apporte des bonnes nouvelles à quelqu’un. Le chemin la mène vers quelque chose de doux… Elle retrouve des gens qu’elle aime pour leur faire don de la bonne nouvelle. J’accentuerais son sourire… »

Analyse : Le plus souvent, lorsque le sujet projette sur le personnage, le personnage est le sujet lui-même. Dans ce récit, c’est Alice qui est une femme sereine qui parait avancer vers quelque chose … Elle a appris quelque chose de réconfortant … Elle apporte de bonnes nouvelles à quelqu’un. Le Chemin la mène vers quelque chose de doux. Elle retrouve des gens qu’elle aime pour leur faire don de la bonne nouvelle. Son Sourire peut s’accentuer !

Ce n’est pas sans dire puisque Alice a passé des mois difficiles qui ont commencés par une opération d’un cancer du sein et tout un traitement lourd. Elle vient d’avoir la bonne nouvelle de sa guérison et, je veux encore la féliciter pour son parcours plein de courage. Félicitations Alice tu peux Sourire, la Vie est belle, merci à toi.

Texte d’ Aléa  » Je vois une femme très sage, trop sage à mon avis, avec une couronne de fleurs sur la tête. Elle n’a apparemment pas de pieds, seraient-ils cachés sous sa robe? Elle ne montre pas non plus ses mains, cachées cette fois-ci dans des fleurs. Elle est entourée de fleurs et de rubans qui symbolisent la fête. Elle sourit intérieurement, les yeux fermés, elle a l’air heureuse, elle pense à une personne qui lui fait du bien. Elle se prépare à la rencontrer, mais doit faire un long voyage en bateau. Elle aime l’eau, l’eau la calme, c’est son élément favori. Mais cette femme a le don de cacher pas mal de choses… ses pieds et ses mains mais aussi ses pensées. »

Analyse : Je dirais qu’Aléa est une femme très sage, trop sage. Elle a l’air heureuse, elle pense à une personne qui lui fait du bien. Elle se prépare à la rencontrer mais doit encore faire un long voyage en bateau. Elle aime l’eau, je dirais à Aléa que l’eau a pour archétype les sentiments, je dirais donc qu’Aléa se sent bien dans les sentiments, mais que c’est une femme qui a le don de cacher pas mal de « choses » …

Ici j’ai envie d’ajouter pour votre compréhension qu‘Alea est homosexuelle dans un milieu qui ne pardonne peut-être pas la différence de choix et Aléa se voit obligée de « cacher pas mal de choses » au niveau de ses sentiments… Sois celle que tu as envie d’être belle Aléa et sois en fière.

Se réapproprier la projection Lorsqu’une personne vient en séance chez moi, je lui demande après la description de l’image et l’histoire racontée de reprendre ce qu’elle a dit et de se l’appliquer à elle-même. En terme de Gestalt, c’est se réapproprier la projection, voir les émotions que cela suscite, les souvenirs d’un passé et le vécu d’un présent. Parfois l’image joue uniquement le rôle de « miroir », sa vie défile devant ses yeux. L’image peut aussi susciter une projection que l’on appelle complémentaire lorsque la personne attribue aux autres personnes des sentiments ou des attributs qui justifient les siens propres. Je trouve que le support des images permet d’aller directement au coeur du sujet qui préoccupe le consultant.

Une fois la blessure découverte, nous pouvons passer à d’autres images pour cette fois, reprogrammer les « données de base » et créer notre nouvel enregistrement. Lorsque nous sommes venus sur cette terre, nous avions un père et une mère, même si nous ne les avons pas toujours rencontrés, nous avons été conçus par eux.

Lors d’un travail de re-programmation, nous serons cette fois la mère et le père de nous-même, nous nous remettons au monde avec la conscience, cela change tout !!

Dans un prochain article je vous parlerai de la re-programmation, partie la plus importante de notre travail thérapeutique.

4 réflexions sur « La projection, un outil de la gestalt thérapie »

    • Eh ! Eh ! Evelyne, je suis toute contente de te lire sur mon blog, merci pour ton appréciation de connaisseuse !! Tu reconnais la photo que tu as prise et qui est en bannière ?

  1. Ping : Le principe de la reprogrammation | Cap Méditation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *